Les apparences sont trompeuses, ça je ne vous le fais pas dire, je l’ai confirmé lors de ma découverte de STEPHANE AKAM. Timide, posé et réservé, voilà ce que j’ai vu en lui la première fois, Je me suis même dit qu’il ne sait rien faire car tout laissait croire qu’il n’a pas confiance en lui. Et puis vint le jour où mes amis de Prestige Group (Carel Loki et René Resaju) me font écouter en exclusivité le titre « Goun’a » : purée, grande était ma surprise, fun, soft, digeste, harmonie et mélodie, étaient au rendez-vous de ce grand moment. J’ai été subjugué, surpris que ce soit ce gars (qui pour moi était nonchalant) qui soit à la réalisation de cet œuvre riche de biens faits pour l’organisme humain.

Sur scène c’est la magie, une véritable bête, lors du FESTIROCK 4 (organisé par Atrthur Himins le 17 février dernier à l’institut Français antenne de Douala) AKAM a « allumé le feu » en vrai, il est entré en trance amenant le public avec lui, j’ai été sans voix, j’ai confirmé que l’eau calme est profonde.

Stéphane Akam au FESTIROCK 4

Ainsi donc l’envie m’est venue de plus le connaitre, mes recherches sur internet m’ont fait savoir que STEPHANE AKAM est un artiste qui fait de la World music (un peu comme Manu Dibango et Richard Bona) d’ailleurs beaucoup le voient comme l’avenir de ce registre-là, on va même jusqu’à le nommer « le prince de la world music ». Il est originaire de l’ouest Cameroun, et actuellement il vit à Douala. Ayant souvent des reprises en mode acoustique de ses grands frères de la musique urbaine (Locko et Salatiel), son titre « Goun’a » est le premier extrait de son premier album qui s’intitulera « Gae yeñ » qui verra le jour avant la fin 2018.

 »Goun’a » signifie « Mon Pays », dans cette chanson STEPHANE AKAM parle des jeunes qui fuient leurs pays pour courir vers ce mirage qu’est l’occident. Le constat est fait, ses jeunes sont prêts à braver tous les dangers, voir même risquer leur vie pour fuir la misère, l’incertitude et parfois même l’instabilité politique pour de meilleures conditions de vie. Par sa voix il espère les sensibiliser afin qu’ils restent chez eux et se battent pour l’avenir de leur Pays.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.