Qu’est-ce-que la NOMOPHOBIE ?

Ce mot contracté de l’expression anglaise « No Mobile Phone Phobia » désigne la peur excessive de ne pas avoir son téléphone mobile. Apparu au cours d’une étude effectuée en Février 2008 par l’UK POST OFFICE, c’est la dépendance extrême au téléphone portable.

Les symptômes :

Ce phénomène touche en particulier les jeunes « La Génération Androïde ». Parmi les signes, on observe un sentiment de panique et d’angoisse lorsque le sujet n’a pas son téléphone portable, état d’anxiété en cas de perte, de batterie faible ou de problèmes liés au réseau. Ce phénomène est lié à l’importance qu’a prise le smartphone dans la vie quotidienne.

La place de la nouvelle technologie

Dans une société 100% High-tech où les smartphones, les tablettes et en particulier le Numérique ont pris le dessus ; A présent, on ne se contente plus d’envoyer des SMS, ou d’appeler mais on vérifie aussi son profil Facebook, on poste sur Instagram, on fait des Snaps, on fait des appels vidéos sur Imo ou WhatsApp, on consulte ses e-mails, on peut faire des achats en ligne, on peut regarder la télévision depuis notre smartphone, lire même la bible. Ce qui montre que l’utilisation du téléphone a pris une grande place psychologique dans la vie des personnes. Les utilisateurs estiment impossible de passer une journée voir une heure sans leur Téléphone mobile. C’est donc une véritable addiction.

Les entreprises de télécommunication ne sont pas en reste dans l’expansion de ce phénomène, on observe une promotion des prix d’achats des forfaits internet, avec 100f on est connecté, on échange avec les proches, on écoute de la musique, on regarde les clips, on télécharge des films…

La problématique du Smartphone et les raisons de la Nomophobie

« Téléphone mobile, internet, jeux vidéo : certaines formes d’utilisation peuvent se révéler problématiques et même conduire à l’addiction. »

Les jeux trop captivants : Le smartphone est en quelque sorte le meilleur ami de l’Homme. La plupart des smartphones proposent des jeux, à l’instar de Candy Crush, Clash of Clans, Super Mario, etc… Ces jeux ont rendu captif et fait enrager plus d’un utilisateur

La fonctionnalité toujours plus perfectionnée des smartphones : Chaque marque de téléphone applique sa touche personnelle. Batterie et mémoire plus endurantes, performances plus élevées des appareils photos et caméras pour les selfies, une résistance améliorée par une structure différente. Raison de rendre l’utilisateur plus captif. La dépendance le pousse alors à remplacer régulièrement son appareil par le nouveau modèle apparu sur le marché.

La polyvalence ou multi-usage des smartphones : On peut tout faire à partir des smartphones. Appels audio et vidéos, Calculer, envoyer des e-mails, prendre des photos et vidéos, avoir la météo, converser avec des personnes sans tenir compte de la distance, s’informer à partir des réseaux sociaux tels que Google, Facebook, Twitter, etc., échanger des fichiers avec d’autres utilisateurs (Bluetooth, Xender, etc.), rédiger des documents, les sauvegarder (Google Drive), de géo localiser des personnes et même des entreprises, télécharger des films, audios, vidéos…

Les conséquences de la NOMOPHOBIE :

Ce phénomène a de nombreuses conséquences d’autant sur le plan social que sur la santé des utilisateurs des smartphones.

Sur le plan social, on observe un isolement social. L’utilisateur se coupe du monde extérieur délaissant ainsi ses proches au détriment de son téléphone, même en milieu public. Dans le bus, le train, à la maison, devant la télévision, dans la chambre et même dans les toilettes, le smartphone a envahi tous les espaces. On observe également une banalisation de la langue à travers l’écriture codée. L’utilisateur va écrire un grand nombre de texto dans lesquelles les mots seront raccourcis, abrégés et phonétiquement écrits. Ces messages codés vulgarisés par la jeune génération sont parfois incompréhensibles pour une génération plus âgée.

Sur le plan de la santé, particulièrement chez les enfants et les adolescents, on observe des difficultés de concentration, l’insomnie ou un sommeil de mauvaise qualité dû aux ondes électromagnétiques émises par le téléphone, des tumeurs du cerveau, des douleurs à la nuque, un dysfonctionnement au niveau de la main et du poignet chez les plus accros.

Comment en guérir ?

Pour se soigner de la Nomophobie, il faut pratiquer d’autres activités, se changer les idées, réduire et limiter l’utilisation des smartphones. Prendre conscience des inconvénients et des méfaits liés à une utilisation abusive de ces téléphones mobiles. Mais la remise en question face à ces outils technologiques dépend de tout un chacun.

Alors, êtes-vous Nomophobe ?

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.