Une nouvelle parution de la jeune camerounaise dans un message assez fort et digne d’encouragement. En quelques mots, nous nous sommes prêtés au jeu de l’analyse

Un rythme qui vend bien la star

Plusieurs ont eu à découvrir la jeune artiste dans un rythme autre que la trapp. Le dire ici, c’est faire référence à son fameux son à succès rastafaria. Un pur reggae qui la vend bien. Jusqu’ici, nonobstant  « ne pas lâcher » qui est sa récente parution, aucune autre sortie n’égale ce fameux son qui l’a mis au-devant de la scène. Pour ma part, le reggae réussit bien Daphne. Assez expressive elle est, dégagée lorsqu’elle pose, on a l’impression que ce rythme et elle ont signé un acte de mariage.

S’il m’était permis de m’exprimer à ce propos, je demanderai sans aucun doute à la jeune dame de produire de telles sonorités de temps à autre.

Ne lâches pas, est un vrai régal. Pas grand-chose à dire sur les enchainements de la mélodie à la vibe de la Mc. Tout est limpide et mérite les ovations du public.

Trop de fabulations qui tuent le message

La fabulation est récurrente dans la communication médiatique depuis des lustres. Elle permet de vendre le rêve et se positionner comme leader dans un domaine. Pour cette autre sortie de la jeune camerounaise, elle n’est pas allée de main morte pour nous le servir à profusion. Son excessivité dans le vidéogramme à la limite le rend très peu digeste. Suivi des incohérences à certains niveaux, cela n’aide pas réellement. Tout de même, on peut voir la jeune demoiselle esquisser des pompes sans imposition des bras. La connotation de cette image peut renvoyer à une certaine détermination mais en observant de plus près il y’a un bémol.

Elle ne s’arrête néanmoins pas à ce niveau et se permet de tirer un camion de plus d’une tonne sans le moindre effort ce qui dénature le message qu’elle tente de véhiculer dans cette belle chanson.

Cependant, les scènes semblent très souvent incohérentes ; à des moments, son exercice effectué sur le camion laisse entrevoir la cabine vide (sans chauffeur) et comme par mystère divin, il réapparait.

Une autre incohérence est entre autre perceptible sur la scène jouée en moto. Habituellement, l’embrellage est à gauche autrement dit pas flexible comme l’accélérateur qui se trouve à droite. Mais la star a réussi le pari de faire l’inverse au point d’accélérer de la main gauche ce qui pourrait témoigner d’un relâchement dans les menus détails qui peuvent laisser un goût autre que la saveur dans l’observation

Une leçon de vie

La persévérance au bout de l’effort, c’est ce que je retiens. Au-delà de cette fabulation que revêt le clip dans son entièreté, l’idée, le message à véhiculer reste et demeure la persévérance. Se battre malgré tout ; ne jamais lâcher face à la difficulté. L’ascension sociale passe par l’acceptation première de sa condition actuelle. L’accepter sans jamais rechigner mais tout en se donnant les moyens nécessaire et suffisants pour sortir et brandir un statut meilleur doit être de mise dans nos actions.

Allons battons-nous.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.