Bien qu’étant très désordonnée et plongée dans l’agonie, la musique est sûrement l’une des disciplines qui valorisent au mieux le Cameroun depuis bientôt dix années, et ce grâce à la ténacité de sa jeunesse. Elle est passionnée, entreprenante et dynamique. C’est le cas par exemple de ROZ NJ, une artiste à la voix et au talent énorme. Bien qu’ayant perdu très tôt ses parents, elle a su garder et faire vivre sa flamme pour la musique, et nous a livré récemment la vidéo de « Calculer ». Une sorte de remix actuel de ce fameux tube devenu classique de Prince NDEDI EYANGO paru il y’a déjà bon nombre d’années.

Originaire du Littoral, elle vit actuellement à Douala, capitale économique du Cameroun. Ayant grandi aux côtés de sa grand-mère à Bomono, avant de s’installer chez son oncle à Bonaberi, ROZ est l’aînée d’une fratrie de six enfants. Elle fait ses cours de chant à la chorale du collège Saker, et parfait son talent dans les cabarets. A l’école, elle étudie la communication et en sort avec un diplôme professionnel.

Ayant été inspirée d’artiste comme Annie anzouer, Angélique kidjo, Bebey manga, Anne Marie nzie, Yemi Alade, elle a accompagnée aux chœurs des grands noms tel que MYRIA BIKA, LISA EPOI, ADANGO, SALATIEL.

Elle est aussi une dame de cœur, car malgré son emploi de temps chargé et ses moyens limités, ROZ NJ a participé avec l’association Couleur Black And White pour la récolte des fonds dans le monde pour venir en aide aux enfants déscolarisés, démunis et les personnes âgées. Ce qui lui a permis de prendre part aux événements tels que « LES JOURNÉES DE LA PERSONNE ÂGÉE » à Yaoundé et à Douala, « LES NOËL DE CŒUR ».

Sous le label Heaven Music Corp de ANGELO BABE depuis 2017, le 15 novembre dernier, elle nous a livré le clip de « Calculer » en collaboration avec EDEL KOULLA (qui a su poser un beau couplet de Rap soft et bien dosé). Sur une musique de Dj West. Cette chanson à la coloration Afro pop. ROZ NJ a su nous offrir un vent nouveau de cette œuvre sans la dénaturer car son fond makossa y est toujours, le tout rythmé par un bon doigté au niveau de la guitare tel que c’était fait à l’époque des montagnards du Prince Ndedi Eyango.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

 

 

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.