Très souvent, on se pose mille et une questions sur le devenir d’un concert, les questions centrales convergent toujours vers les aspects logistiques, protocolaires mais pas vraiment sur les fans, or ce sont eux qui font le gros du boulot et assurent la réussite de l’évènement.

De nos jours, tous les artistes ont une certaine base de fans qui n’est pas juste constituée des proches parents mais des personnes qui apprécient leur travail. Cet engouement et attachement les poussent parfois à se priver de plusieurs choses pour non seulement se procurer les nouvelles sorties de leur artiste mais aussi assister à leurs différentes scènes peu importe le lieu.  Un fan est sans doute un gladiateur qui contre vents et marées défend son artiste même quand le grand ensemble estime qu’il est dans le « Ndem ».

Certains artistes ont été si ingénieux qu’ils se sont trouvés une appellation à leur fan : les ténorifiés de Ténor, la résistance de Maahlox le vibeur, la lockomotive de Locko, les joueurs de Dynastie et bien d’autres. En fait la question de fond reste et demeure quelle fan base peut vraiment remplir la salle pour son artiste ? Est-ce une fan base de bouche et de nom ou alors celle prête à braver les obstacles pour leur tête de liste ?

La résistance

Les cops de Maahlox le vibeur avec Doriane Menga en tête du peloton. La particularité de cette fan base est l’agressivité, le déploiement sur tous les fronts. Peu importe le post, il finit par se ramener à Maahlox. Elle ne manque pas sinon jamais l’occasion de retracer le parcours et les prouesses du boss effectuées au Paposy lors de la finale de la coupe du monde. Une fan base assez présente et qui le prouve sans cesse lorsque les balles sont orientées vers le roi du plantain. Une fan base qui s’est montrée digne de confiance et a répondu présente lorsque le besoin s’imposait. Pas seulement le bavardage sur la toile, elle assure tant sur le virtuel que sur le réel.

Les ténorifiés

Une fan base avec une particularité inédite qui se caractérise par la jeunesse du leader certainement. Les plus admiratifs de Tenor sont ceux-là qui avoisinent le même âge que lui sinon sa génération. Avec une énergie débordante, ils se laissent tous encadrer par Ténorisa, une femme. Oui encore une femme. A dire qu’elles détiennent toutes le secret de la réussite ? Sinon tout comme la résistance, elle a fait ses preuves lors du Paposy de leur King en répondant présent, ou encore en saturant le show by orange 1 à Canal Olympia. Assez organisé, pancartes et T-shirts étaient au rendez-vous pour les différencier de la masse. A un moment, elle rivalisait bien les résistants mais sauf que depuis peu, l’audimat est en décroissance au point de se demander si elle peut toujours soutenir leur poulain comme ce fut le cas au début.

La lockomotive

Pour être vrai, c’est la fan base la plus mourante sur la toile et sur le terrain. Si jamais on l’a aperçu un jour sur le terrain. Elle est beaucoup centrée sur l’artiste lui-même. On dirait qu’il reflète la gestion du bled. Aucune décentralisation réelle. Aucune communauté d’échange si ce n’est les publications qu’il effectue de temps à autre pour réveiller les dormeurs. Mais côté pratique, RIEN. Sur cette base je doute fort qu’elle fasse le plein d’une salle si jamais l’artiste décidait de faire un concert qui lui est propre.

Les joueurs

Le positif dans cette fan base est qu’elle est variée et diversifiée. Toutes les catégories sociales s’y retrouvent, tous les âges sont représentés. La variété musicale de Dynastie le Tigre attire les foules et les laisse en haleine. Bien que ses fans soient à cheval de temps à autre, ils sont quand-même assez réactifs sur ses sorties. Affirmer qu’ils pourront le suivre jusqu’à faire le plein d’une salle où il se produit serait prématuré quand bien même nous savons qu’il n’a pas encore fait une « vraie » scène qui lui permette de se frotter à la réalité au point de juger sa véritable fan base pas celle qui jaillit à chaque fois qu’il preste dans un lieu lambda.

Le cas Jovi et Nyangono du Sud 

Pour ne pas aller vite en besogne, j’ai volontairement décidé d’associer ces deux messieurs qui ont chacun une touche qui les distingue du grand ensemble.

Pourquoi classer Jovi ? Pour la simple et unique raison que, ce dernier est très silencieux mais chacune de ses sorties laisse jaillir une multitude de fans qu’on croyait en guerre. Sans une quelconque promotion, son album GOD DON KAM a franchi la barre des 50 000 ventes en seulement quelques jours après sa sortie. Si tu n’es pas fan, tu ne peux point faire un sacrifice pareil. La mouvance qui s’est créée autour de cet album l’a poussé à annoncer un concert. Se fier au nombre de ventes pour estimer sa fan base revient déjà à se produire au stade olembe. Mais sans tirer hâtivement de conclusions dans ce sens, laissons la suite des évènements juger de la force de sa véritable fan base.

Nyangono du sud, fans véritables ou effet de buzz ? On s’interroge bien sur son cas si bien que le ranger comme les précédents est impossible à l’heure actuelle. Doit-on juste se fier à ce qui se vit sur la toile à son sujet pour déclarer qu’il a une fan base pouvant naviguer avec lui en haute mer ? Nous nous interrogeons tout en espérant trouver des solutions dans de brefs délais.

Le public, les fans, les followers sont des personnes capitales à ne jamais négliger ou sous-estimer grâce à leur grand apport dans la carrière d’un artiste. Un artiste n’est rien sans son public qui le booste et lui rappelle en longueur de journée qu’il est sur la bonne voie. La mettre en confiance est indispensable et un devoir.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.