Le monde de la musique a reçu il y’a quelques jours la sixième sortie de lion spirit. Une succession de freestyles où, le jeune Epsyken le Lyriciste met en avant sa plume, sur un beat qui reçoit sa rage et ses autres émotions pour booster plus d’une personne, clasher des Mc qui se la pètent ou encore rappeler à l’ordre ces jeunes filles qui nous servent à profusion leur intimité.

A chaque sortie, une nouvelle dose d’adrénaline est servie. Sur ce beat de Tony Ef, le Mc se lâche comme d’habitude mais en se penchant sur deux aspects particulier.

UN COUP DE GUEULE

Fidèle à sa plume, Epsyken s’en est à nouveau servi pour témoigner de sa présence dans le Game tout en mettant les pendules à l’heure. Affirmant sa fureur, il se proclame roi de la jungle grâce à sa rage de vaincre qui l’accompagne toujours. Malgré les hauts et les bas il reste au top. Toujours prêt à dévorer et à chasser les imposteurs, il vient plus amère  que jamais pour faire régner la discipline dans ce Game inondé des faibles qui en longueur de journée servent des textes moroses sur des beats prématurés, incapables de se maintenir au top ou encore à assumer la profondeur de leurs écrits.

UNE DOSE DE RECONNAISSANCE AU BOUT DE LA PLUME

Il faut bien témoigner sa gratitude à chaque fois que l’occasion se présente. Comptant sur sa fan base et sur ses proches, il profite de quelques mesures pour leur exprimer sa reconnaissance. Sachant que sa réussite passera par eux, par leur soutien inconditionnel, par la force qu’ils mettent sur ses œuvres, il clame haut et fort qu’ils ont une place de choix dans sa carrière quitte à niquer les imposteurs, les blasphémateurs, les guetteurs du briss. A ceux-là, il est clair qu’il sera plus farouche que jamais.

Au-delà de ces quelques vers et mesures que Epsyken nous sert comme d’habitude, ce sixième numéro a ceci de particulier qu’il est plus une reconnaissance qu’autre chose. Il profite par ce canal à adresser un message fort, celui de la loyauté. Une qualité qui a quitté les mentalités de plusieurs de nos jours qui préfèrent plus être présent quand la mayonnaise est déjà dans le bocal.

En tout cas, savourons encore ce numéro musical tous ensemble.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.