Le 11 février dernier fut un grand jour pour le Cameroun, surtout pour la musique Camerounaise, car un palier a été franchi avec le Concert Live de STANLEY ENOW a Canal Olympia de Douala.

De nombreux jeunes (minimum 70% de l’esplanade de canal Olympia était occupé), ont fait le déplacement pour vivre en le concert d’un artiste du pays, chose rare, car généralement de tels exploits sont ceux des artistes étrangers sponsorisés par nos grandes entreprises. Cette fois ci on a vu des jeunes venus de partout pour voir Stanley Enow sur scène et déguster son album STANLEY vs ENOW. Malgré l’absence des entreprises, Stanley et ses frères d’armes ont mis leur volonté et leurs moyens pour le faire. À se demander quel est le rôle de nos entreprises ? Pourquoi le gouvernement laisse passer une telle initiative sans la soutenir ? C’est fait exprès de voir notre culture mourir ?


Pour nous la question ne se pose plus, les multinationales ne font rien pour notre culture, elles ont oubliés leur devoir social, malgré leur enrichissement sur le dos de notre population, le gouvernement ne fait rien pour les contraindre à respecter les règles pré-établies. Car rien n’explique qu’un événement comme celui là ne soit pas sponsorisé, qu’un projet comme celui là ne soit pas recommandé par au minimum le ministère de la culture.

Le 11 février dernier, Nous étions et ce qu’il faut retenir est que Motherland a fait le taf et Stanley Enow a la barre à niveau supérieur, de quoi être fier et rassuré que le potentiel il y a, la seule chose qu’il nous faut c’est l’accompagnement, l’encadrement de nos dirigeants.

PARLANT DU COMPTE RENDU DU CONCERT

D’entrée de jeu, il faut dire que le concert était baptisé STANLEY vs ENOW tour, on a eu tout sauf le spectacle de l’album de STANLEY vs ENOW. Le show était de qualité, l’ambiance était attrayante, mais concert a tourné plus sur le premier l’album de Stanley Enow, « Soldier Like my papa ». D’ailleurs c’est sur ces vieilles chansons que l’on a eu les meilleures réactions du public.


Si vous êtes restés connectés Plus besoin de dire que les HOSTS, Steve Fonkam, Carole Tchameni et Sylvestre Franck, ont assurés. Que DJ Moyo et LaBastille 1er, ont fait danser et chanter le public au rythme de leur mix. Mais aussi que de nombreux artistes ont étaient là, des no names aux stars, ont a été servi. C’était donc un Rendez-vous, d’artiste, d’homme de média, de personnalités public, de promoteurs, bref ils étaient nombreux venus pour donner de la force à Stanley Enow.

Les artistes quant à eux chacun a fait une chanson (environ 5 min de scène), on a eu tour à tour Stéphane Akam qui a déchirer avec son live acoustique, KOPPO toujours aussi comique, FRANKO qui nous a démontré que « coller la petite » reste un classique, Blaise B, a même donné ses bijoux à la foule.


22h20, Stanley Enow a fait son entrée avec un micro ayant des effets (notamment l’autorité), une première pour un artiste d’ici, ce sont les choses de la télé. Ce qui est certain il n’a pas perdu la main, son entrée etait explosive, énergique, surtout fun avec le montage qui 3D projecté, qui présentait l’implantation du Drapeau du Cameroun sur la lune et le message envoyé sur la terre, le présentant comme étant le KING KONG.

Une heure après, le temps pour lui de souffler et de changer de tenue, d’autres invités se sont ramenés, et chacun présentait le prochain, ainsi donc on a eu à 23h20, MAGASCO nous a annoncé Mr Leo qui a fait le titre « Partout » avant d’introniser KAMENI comme étant la reine mère (chose qui nous a surpris), qui après avoir interprété « Nayo Nayo » a invité GOMEZ, qui a son tour à fait venir PETIT BOZARD l’auteur du titre « Détecteur de Gué » qui a fait chanter le public en cœur, avant d’introduire DJ KENNY.


Ça faisait quand même déjà beaucoup que le public était là donc certains fatigués, ont commencé à rentrer, le nombre a diminué peu à peu, 23h55, Stanley Enow revient sur scène avec son tire « Fire », avant d’être arrêté par la « surprise » de l’anniversaire fait par les membres de sa team, les gars du SYNAMURCA (qui a profité pour lui remettre un parchemin de récompense). Dans cette intervalle on a aussi la présence la mère de Stanley, qui a pu toucher deux mots pour remercier le public camerounais et africain pour le grand amour qu’il offre depuis le début à son fils.

Avant de relancer, Le banyangui lui même a fait venir la Nigeriane Angela okori, qui a foulé les terre du Cameroun plutôt en journée exclusivement pour vivre ce grand rendez-vous. Même si sa prestation nous déçue, malgré son énergie débordante, pour nous elle reste la pire prestation de la soirée. Heureusement que Stanley a eu l’ingéniosité de ramener Cabrel Nanjip sur scène qui a su réveiller le public. Avant de rentrer dans la performance live de Lesline avec « My Way » sur son piano avec sa voix perçante. Ensuite Mr Shine est entré pour chanter le titre  » à jamais « , repris en cœur par le public. C’est après cette chaleur que Stanley décida de nous balancer autour de 0h40 le hit « My Way » avant d’inviter sur scène Tzy PANCHAK et son verre sur la scène. Aveiro est arrivé pour faire son Rambo.

A côté de l’absence de certaine personnes annoncées, notamment Petit Pays et Daphné, pour nous la plus grosse déception a été le fait que l’on ait classé LAUREN B et YONG (ex Karnatox) parmi les artistes UpComings, c’est quand même des gars qui faisaient déjà l’actualité de notre musique quand Enow était encore animateur TV.

Comment parler de ce concert sans donner 100/20 en se qui concerne la sécurité, tout était mis en place pour que personne ne soit inquiétez si ce n’est les individus mal intentionnés, la Police et les gros bras ont assuré jusqu’à la sortie.


S’il nous était demandé de donner une note à ce spectacle se serait 17 sur 20, les 3 points en moins c’est à cause du fait que l’on a pas eu véritablement les chansons de l’album « Stanley vs Enow », album pour lequel le concert a été organisé.

La leçon est que, si les entreprises et le gouvernement poussaient un peu plus les initiatives jeunes et même la volonté qu’à certains à faire grandir notre culture, les choses iraient encore mieux, on serait encore plus compétitifs sur le continent. Refuser d’admettre que quelque part le gouvernement participe à l’assassinat de notre culture et de sa jeunesse, c’est admettre la non présence des partenaires et du gouvernement aux grands concerts initié par nos artistes. Car ce n’est pas normal que au PAPOSY, Maahlox, Ténor, Magasco n’aient pas été sponsorisés et maintenant de Stanley Enow à Canal Olympia de Douala, or quand se sont les étrangers les millions sortent facilement.

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.