Impossible de nos jours de faire un pas sans écouter une conversation ayant trait à la politique ou une chanson allant dans ce sens. On se rappelle bien des mélodies de Valsero  avec son titre 33 ans de dictature, de Xzafrane qui veut un nouveau président ou encore de Jadana l’assermenté qui nous dit qu’on va faire la politique. Les jeunes l’ont compris et il faut désormais les compter dans ce processus de gestion de la cité. En écoutant ce nouveau bijou de Ken’cy, je comprends qu’il n’a pas qu’envie d’un nouveau président mais des citoyens forts et conscients de leurs droits.

Un parcours louable

Toujours sur les prod de Stermanone, la scène musicale camerounaise a découvert le jeune prodige de la musique urbaine avec son titre va là-bas, un coup de gueule comme il nous l’a bien signifié envers ceux-là même qui se la pètent plus haut que la normale. Il a fallu compter quelques jours après pour voir naitre son second single la banane a muri, puis Pepito qui est un hommage à tous ces jeunes qui prennent la route de l’aventure et finissent par succomber sur le trajet. Une vraie sensibilisation musicale qui venait à point nommé lorsque le Cameroun faisait face à ce nouveau commerce grandissant du côté de la Lybie.

Pour son quatrième single Ave citoyen, le Nkongsamba boy revient toujours sur une mélodie de Stermanone et tire en touchant la cible en plein cœur. En pleine mouvance électorale, où tout dans la nation inspire le changement, le Mc ne manque pas de saisir l’occasion pour interpeller le  citoyen à s’impliquer activement à ce processus de changement.

Ave citoyen

Pour avoir eu l’exclusivité du projet, je comprends les motivations d’un tel thème.

Toujours dans la logique du on va faire comment ? Le citoyen s’est toujours replié sur son sort en pointant du doigt l’autre comme l’auteur de ses malheurs et de sa régression (l’enfer c’est les autres). Appliquant de la mauvaise manière le concept de la politique aux politiciens et l’école aux écoliers, on finit par perdre les repères et à tout mélanger oubliant même l’essence du mot politique. Dans cette mouvance de sensibilisation, Ken’cy joint sa voix aux initiatives déjà en vigueur et interpelle par ce titre ses confères sans distinction d’âge et de sexe à s’intéresser vivement à la chose publique.

Vouloir le changement ne se clame pas seulement haut et fort mais se matérialise par des actions concrète notamment la valorisation de ses droits.

Au-delà même de ce titre, on comprend bien le souci de notre citoyen qui voudrait bien faire comprendre à tous que nous pouvons, nous avons le droit et la capacité de changer la donne à condition que nous ne soyons pas juste esclaves et victimes de la politique du ventre.

Un condensé de cours de droit, d’activisme, d’estime de soi, d’engagement et de prise de conscience que Ken’cy fait en trois minutes vingt secondes et met encore à la disposition de tous. Un vrai rappel mémoire de notre climat de vie actuelle qui se veut modifiable par une sensibilisation fort poussée.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.