Originaire d’une part de l’ouest Cameroun et d’autre part du sud-ouest de par l’appartenance de ses parents, JABONE qui signifie « fils du peuple » de son vrai nom NJINGOU Jean Duclaux sera très tôt privé de l’affection parentale par la mort de ces derniers ; dès son adolescence il va vite comprendre que dans la vie il faut bosser dur et ardemment, ainsi dans le souci de se mettre à l’abri des causes et raisons  de la perte brutale de ses parents et au regard des tortures subies, tentatives  de meurtre, perte de l’une de ses cadettes surtout du détournement des biens de ses défunts parents par sa famille, le jeune JABONE va se lancer dès  l’âge de 12 ans dans l’aventure recherchant l’amélioration des conditions et de succès de sa vie en traversant à cet effet les obstacles les plus horribles juste pour relever un défi, ce qui va l’amener  tour à tour au Gabon, Île Maurice,  France, Belgique, Allemagne, Danemark, Suède, Norvège et aujourd’hui les USA.

Cependant, le Gabon qui est son 2ème pays adoptif restera cette terre chérie à lui qui va le faire connaître à l’âge de 19 ans le monde du show business et des affaires de par quelques Titres musicaux et de l’ouverture simultanée de clubs de nuit dancing dont il fut  le promoteur à son jeune âge ; ainsi le début d’une vie réussie qui le hisse au sommet grâce à sa popularité tout en lui affirmant après trois années de succès, une foudre haineuse de quelque hommes d’affaires et autorités politiques bien placés le conduisant à passer plus d’une fois une partie de sa vie dans les geôles juste par jalousie de son succès. Resté égale à lui-même à sa sortie des geôles, le JABONE ne va pas déroger à ses principes de base que sont la Rigueur, le Travail, l’honnêteté et le Respect qui lui ont permis de trouver une place sous le soleil et dont le mobile majeur est la très bonne éducation de base reçue de ses parents de regrettée mémoire faisant de lui un homme à la crainte de Dieu, Sociable et Généreux.

Amoureux de la musique à son adolescence, ses premiers pas furent dans les soirées culturelles reproduisant les chorégraphies de Michael Jackson « ce qui lui valut plusieurs distinctions et trophées engrangés dans cette discipline » qui fait parti de ses idoles comme 50 cent, Jay Z, P. Diddy ou encore le grand maître Petit Pays qu’il affectionne tant et entre autre Patience DABANYOlivier NGOMA et NDEDI EYANGO d’où son amour pour le rap HIP-HOP qui le pousse plus tard à sortir en 2009 deux titres sous la production visuelle de MAX NGASSA ultra max pour « Gabon échos » dont le titre phare fut « Am a gangster » je suis un gangster.

Aujourd’hui basé au USA, l’Afro Américain et Camerounais d’origine revient plus fort et très très fort et cette fois-ci avec son propre Label « No money No respect » à travers un single Urban Music intitulé « On est pas fatigué » sur une production musicale de l’International Ingénieur Americain «  Mix by Dubb » avec la collaboration du beatmaker « DJ Jaruse » pour non seulement faire asseoir définitivement son image, mais aussi pour faire vibrer la communauté Africaine et ses nombreux fans en particulier. Le fils du peuple comme on l’appelle se projette dans l’avenir à travers ce single sous son Label « No money No respect » pour œuvrer dans les domaines caritatifs, sociaux et de développement des personnes délaissées et nécessiteuses afin de rendre aux autres ce que lui a donné la vie s’inscrivant sur le signe de l’EFFORT pour la CONSIDÉRATION.

Dégustez son dernier single intitulé « On est pas faitgué » en attendant le clip officiel

Suivez Jabone sur Facebook : https://www.facebook.com/JaboneOffciel/

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.