Depuis sa tendre enfance, le jeune Tenor vit et respire musique. Si nous restons figés sur son état civil, il est clair qu’il a fait ses débuts lorsqu’il flirtait avec l’âge de la raison. Sa première parution avec le titre allélua a plutôt suscité en chaque auditeur de l’émoi. La joie de voir un bambino qui se débrouillait tellement bien qu’on pouvait le comparer aux plus anciens du Game.

Il est revenu quelques années après avec son titre Nathalie. Faisant déjà le buzz à cette époque avec son ouvrage Revenge porn, le jeune homme n’a pas hésité à se prêter au jeu. Un jeu qui lui réussit plutôt bien en mon sens car, les amoureux du R.A.P commençaient déjà à mettre les points d’interrogation sur lui.

Un parcours assez clair et parsemé d’efforts, de travail qui lui valut une nomination au canal d’or dans la catégorie révélation de l’année avec sa chanson « do le dab » qui est inspiré de MHD. Enchainant chanson sur chanson, le gars a su frapper à l’œil et entrer dans le cœur de la jeunesse et des promoteurs.

 

DE ZÉRO A HÉROS

Que soit lapidé celui qui même par erreur affirmera que ce gars n’a pas charbonné. C’était certainement dur mais le gars a su que c’était la procédure. De jour comme de nuit il bossait et continue de le faire ce qui se fait ressentir sur ses différents textes et la lumière qui est braquée sur lui. Un No Name devenu incontournable dans l’industrie musicale du 237. Sa notoriété et sa jeunesse ont suscité un sentiment inexprimable en ses jeunes qui se voient en lui. Une chose est sûre, c’est qu’il a su vendre le rêve de par son parcours ; il est devenu à la limite un modèle. On dit que nul n’est prophète chez soi ? Je doute hein. Entré de manière prématurée dans le Game, il s’est fait aimer. Sa personnalité enfantine a su faire de lui le pion indispensable comme celui d’une partie d’échec.

Plutôt turbulent sur scène, le gars a la maitrise de son art et c’est peut-être cette turbulence qui forme sa personnalité. Une personnalité qui en fonction des goûts de chacun la trouvera bonne ou mauvaise. C’est un fait, on ne saurait plaire à tout le monde.

Abandonnant son cursus scolaire pour ne faire qu’un avec la musique, il a très vite été récompensé : un prix au balafon music Awards, une signature d’un contrat 360° avec Universal Music Africa, Brand Ambassador pour la marque Malta Tonic, une tournée européenne de deux mois et j’en passe. En gros le fruit de ses efforts était mûr et c’est tombé.

 

PROPHÈTE OU FARCEUR ?

 

Un prophète est un envoyé de Dieu, qui parle à son nom et agit selon ses préceptes et recommandations. Il n’est pas loin du Messie, pas le footballeur hein. Le Messie quant à lui est une personne qui était attendu avec impatience, le sauveur, l’envoyé de Dieu. Un farceur n’est autre qu’un plaisantin, un blagueur.

Depuis quelques temps déjà, Tenor de par ses lyrics nous fait savoir qu’il est puissant, qu’il est ce prophète incontournable. On peut le constater lorsqu’il dit par exemple je suis le seul jésus que tous vos judas ont eu peur d’aller trahir.  Pour moi, c’est un élément justificatif de notre affirmation. Les circonstances nous donnent raison. Après la sortie de « Alain Parfait (à l’imparfait) », Tenor nous livre « trônement parlant ». Le vidéogramme présente le jeune prodige sur un trône réservé dans nos sociétés traditionnelles aux initiés. Bien que ce fut une façon de parodier ou de manifester l’instant présent, je pense toujours que le vrai projet est sous-jacent. La cerise sur le gâteau c’est lorsque le jeune camerounais quelques heures après avoir soufflé sur sa vingtième bougie annonce la sortie de son EP intitulé « NNOM NGUI ».  On peut voir en affiche un gorille à la façon du film à succès King Kong sauf que celui-ci est couronné témoignant dès lors sa prise du pouvoir dans l’univers musical camerounais.

Coup de chance pour corroborer nos propos, il ajoute une légende je cite : « … c’est celui que le tout puissant et les hommes ont choisi pour diriger raison pour laquelle il est le chef suprême. Homme redoutable parmi les hommes, sert de bouclier pour tout un peuple, il est capable de maitriser le monde visible et invisible, de décrypter les mystères du jour et de la nuit, il est détenteur de la sagesse, protecteur de son peuple. Guide suprême de la nation, le seul coq de la basse-cour, les puissances qu’il reçoit ce jour lui reviennent du tout puissant CAR TOUT POUVOIR ET ELEVATION VIENNENT DE DIEU ». Il ne faut pas finir la dernière classe à l’université pour comprendre que, cette description qu’il fait du gorille se rapporte à lui. En gros Ténor a été contaminé par le virus TRÔNE qui a su visiter Duc-Z, Stanley et Maahlox.

 

Pour ma part, le problème de fond est la prétention. Les causes du déclin (même comme certains diront qu’il est toujours up) de l’empire Stanley Enow et son homologue Duc-Z feront un tour chez ce jeune homme si rien n’est fait. Mettre en ligne autant de chanson fait-il de nous un KING ? Le talentueux jeune homme, humble en la personne de Tenor risque (si rien n’est fait je le précise) de connaitre le même sort que Franko qui aujourd’hui a du mal à faire 2000 vues sur YouTube en quelques heures sur un son mis en ligne (même comme la moisson est rare depuis des mois déjà)

Est-ce la couleur, la quantité et la quantité des billets de banque qui sont à l’origine de ce fait ? parce que tout comme le manager de Franko qui après être monté dans deux trois avions a commencé à NDEM en n’encadrant plus son produit comme cela était le cas auparavant, j’ai bien peur que le nombre de selfies que le manager de Tenor  a pris au pied de la tour Eiffel a  déversé sur lui une décharge de rayon ultra-violet au point d’altérer sa capacité à raisonner au point où son poulain se retrouve embarqué dans une certaine permissivité.  A coup sûr, l’ivraie risque de monter plus haut que la levure de bière. A mon sens, et c’est tout le mal que je lui souhaite, il devrait rester muet et continuer de bosser afin de servir des contenus beaucoup plus variés et alléchants comme ce fut le cas il y’a quelques mois ; parce qu’il embrasse déjà le vrac.

Enjoyez le dernier clip de Mister le Fiang le Way le Yamo

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *