Deuxième sortie après son comeback, le Lyriciste frappe encore fort comme un démolisseur sur un mur. Abordant une thématique connue de tous mais classée dans les tabous, la dépravation des mœurs qui bat son plein et prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux. Un fait qui discrédite la femme ainsi que ses valeurs. Ne faisant pas la langue de bois, il y va en force au point de blesser plus que ces images de piments qui courent sur la toile à la vitesse de la lumière.

Le constat

Oui nous allons tous devenir policiers aujourd’hui, c’est de trop. Faire une heure sur la toile sans voir les entre jambes d’une fille défiler comme les notifications est déjà impossible. Faire une journée sans recevoir des messages privés des groupes de partouze est devenu rare comme Marie Ngombe (Le Billet de 10 000 F CFA). La preuve, des groupes naissent en longueur de journées : « les pimentières, parties à 4 et bien d’autres ».  Les filles aujourd’hui ont su miser sur leur atout physique pour attirer les foules. Prenant plaisir à la vente et exposition de leur partie intimes comme un vulgaire chawamar, tout le monde s’y plait, tout le monde acclame et se rince l’œil. L’impudicité a atteint son paroxysme et cela ne gêne personne. Dans une société phallocratique comme la nôtre qui prend plaisir à la perversion et la gabegie sexuelle, où la chanson la mieux connue et apprise est « donne ma part sur ça », il n’y a pas grand-chose à espérer. La morale a foutu le camp, plus de valeur, plus de filles de familles, elles se sont converties en véritable sex workers, à peine l’âge de la raison, elles sont à même d’être sexologue, et praticienne par la même occasion.

La perversion a pris le pas dans notre univers actuel, si bien que pour voir le sous vêtements d’une fille on n’a plus besoin de lui faire faire la cour des mois et des mois, elle écarte ses entre jambes toute seule et se livre en spectacle au plus offrant. Comment se fier à celle-ci pour véhiculer une éducation de qualité ?

Le but

Lions spirit 2 vient en réaction à ce type de comportement. Epsyken vient et cherche par ces quelques mesures rappeler à la gente féminine qu’elle a plus de valeurs et objectifs que ceux sur lesquels elle est focus depuis peu. Penser sa vie en tant que femme indépendante et africaine n’est pas exclu même si on est célibataire. A force de vendre le piment (se prostituer), le sexe n’aura plus de saveur et il sera moins attirant. La vie de la femme ne doit pas qu’être le lit et les mathématiques. Oui les mathématiques, championnes dans le décompte des ondulations elles sont. Alors les filles arrêtez ça. C’est un  mauvais exemple pour vos cadet(e)s. Soyez femmes et soyez sexuellement responsables. Ne partagez et n’exposez plus à tout va. Le corps de la femme est sacré.

>>>Téléchargez Gratuitement Lion Spirit 2 Ici<<<

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.