Nous avons tous été bercé par une catégorie de musiciens pour qui nous espérions les voir rester au sommet de leur art jusqu’à la fin de leur vie sur terre. Un espoir qui n’a pas fait long feu au regard de leur actualité et leur fréquence d’apparition qui laisse plutôt à désirer aujourd’hui. En un laps de temps, ils sont passés de l’autre côté. D’acteurs, ils sont devenus des sujets passifs qui ont même du mal à retrouver leur propre marque au point où, il faut compter des mois pour observer une réaction de leur part. De vrais observateurs sont-ils devenus.

Pétris de talent, on se demande bien si c’est un plan de carrière mal pensé ou si c’est le staff qui ne fait pas son boulot comme il le faut. Dans tous les cas, déroulons notre fameuse liste.

Maahlox le Vibeur

En observant la carrière de ce dernier et la tournure que cela prenait à une certaine époque, tout le monde pouvait miser sur lui sans risque de se tromper. Mais aujourd’hui, parier sur lui serait très risqué. Sachant ben agencer les faits divers dans des mélodies bien taillées et dansantes, il faut reconnaitre que depuis peu, il n’a plus rien proposé de mieux. Et cette contre-performance s’observe depuis sa séparation avec son beat maker I.V.O. Certainement, sa force venait aussi de lui. Depuis plus de 6 mois déjà, la discographie de ce dernier se vide à petit feu et il semble s’être très vite muté en blogueur au point d’être à la une de toutes les publications sur Facebook.

Nernos Lekamsi

C’est vrai que pour des consommateurs avertis, on prévoyait déjà une carrière éphémère pour ce dernier. Malgré qu’il soit entré par la grande porte dans le Game avec son fameux titre je ne suis pas boboh, il n’en demeure pas moins qu’il a connu des périodes de vache maigre qui se prolongent jusqu’à présent. Pouvant mieux faire mais assez préoccupé sur sa vie de star, il lui est difficile de sortir la tête de l’eau depuis belle lurette. Bien qu’ayant enchainé quelques singles qui, ont tôt fait de présenter leur date de péremption, le mec s’est trouvé une place radieuse dans un cimetière de la place.

Duc-Z

Le boss du poulet braisé qui s’est fait manger jusqu’à l’os. Quand je pense que je récitais par cœur le refrain de African mamy, ou  je ne donne pas le lait entre autre, je ne peux que poser un récipient devant moi pour recueillir l’excédent de larmes qui coule lorsque je vois la chute musicale de ce dernier. Pionnier dans le R&B au bled je dirai, il a conquis un grand nombre par ses belles mélodies qui aujourd’hui, ont trouvé une place assise au même endroit que les CD. Malgré ses nombreuses tentatives, il ne fallait pas être devin pour voir en elles une prématurité et une désinvolture hors échelle.

Franko

Je sais que tout le monde s’attendait à voir son nom figurer en tête d’affiche mais bon, il ne s’agit pas d’un classement du plus méritant au moins méritant. Disque d’or grâce à coller la petite, Franko, le chouchou des Mc’s qui voient en lui une grosse lueur d’espoir, la persévérance de ce qu’un jour, le soleil brillera aussi sur eux. Depuis son succès avec le fameux titre, il n’est l’ombre d’un doute que, le jeune homme essaye tant bien que mal de se positionner mais en vain. Toutes les tentatives de frappe sont stoppées net. Même l’hymne à la solidarité n’a pas ravivé la flamme dans tous les manyans. Décidément, avoir un partenaire est souvent très pénible. Cherchant les issus de tout bord, développant les concepts comme un freestyle tous les vendredis, le Mc n’a toujours rien pu faire et était contraint de se la couler douce en sursautant de temps à autres avec des freestyles qui nous replongent dans une ambiance hardcore. Un autre gros talent qui se meurt de jour en jour.

Plusieurs après lecture, diront que le succès ne vient qu’une seule fois dans la vie mais, n’empêche que la constante soit toujours au rendez-vous. Peut-être une mauvaise orientation ou un mauvais choix de carrière comme on le disait à l’entame peuvent être les éléments explicatifs de ces situations, toujours est-il que, nous voulons bien voir les anciennes gloires nous faire vibrer comme ce fut le cas au passé.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.