Lirons cet article uniquement ceux qui ont vu le jour en 2018, lol !! c’est logique nooor !! bref juste pour vous souhaiter les vœux les meilleurs de la part de la jeune équipe de Kamer Urbain. Lire ce papier est une preuve d’un attachement proche ou lointain à la culture urbaine camerounaise. Sachez tout de même qu’en plus d’être un ensemble d’informations, il est à la fois un rappel mémoire pour l’histoire et mais aussi un carnet de route pour la construction de notre culture.

Ceci est donc notre bilan annuel portant sur l’ensemble de la culture, bien qu’il aura une forte coloration musicale tout comme les articles de www.kamerurbain.com. Avant de commencer, pour avoir une connaissance plus large de ce qui s’est passé cette année je vous invite à lire 1er trimestre de l’an 2017 : le compte rendu, aussi 2e trimestre de l’an 2017 : le compte rendu, et enfin 3e trimestre de l’an 2017 : le compte rendu.

Bon commençons ce bilan par le fait majeur de l’année qui a été la signature historique de Tenor chez Universal Music Africa présenté le 24 Novembre à l’IFC de Douala. Nous avons fait une grosse analyse dessus que vous pouvez lire en cliquant!!!

Les bons moments

Loin de tous les clashs du net qui laissent toujours croire que les choses ne vont pas bon train, commençons par les bons moments, car beaucoup de bonnes choses se sont produites au cours de cette année. De plus en plus nos artistes s’exportent, et les entreprises s’investissent même si c’est encore timidement.

A côté du concert de la KURBAIN TAPE volume 4, l’un des meilleurs moments de cette année a été la finale du Hip-Hop Talents Search le 27 décembre à Douala Bercy, la salle a été immergée d’un nombre de jeunes venus de tous les coins de Douala au point de plus ressentir la climatisation.

Tenor, Mr Leo, Locko, Daphne, Mink’s, Salatiel et Maalhox sont ceux qui ont réellement été en activité cette année. Avec de nombreuses dates et des chansons qui ont eu une portée considérable. Certains même ont été en tête d’affiche des grands concerts à l’extérieur, ça été le cas à pointe noir au Congo; Tout d’abord TENOR le 09 décembre et MINK’S le 16 décembre.

Dynastie Le Tigre, Mr Leo et Salatiel, ont fait l’Europe le premier trimestre de l’an. Ça été le cas pour Maalhox, Locko, Daphné et MINK’S lors du troisième trimestre de l’an, il faut également noté que Maahlox a également fait une tournée Européenne en décembre.

Il est donc logique que les artistes de la musique urbaine attirent de plus en plus les entreprises et les investisseurs, ça été le cas avec Mr Leo qui eut à signer avec ITEL Mobile et même Guinness Cameroun pour son produit Orijin. Orange Pulse pour son lancement a utilisé les artistes de musique urbaine pour le lancement de son application. Daphné aussi marquait un grand coup en juin en devenant l’ambassadrice des produits TC cosmétique.

Les mauvais points

Les mauvaises nouvelles ne se cachent pas, surtout avec Facebook, et les multiples « influenceurs » qui existent  aujourd’hui, vous avez certainement entendu parler de quelques-uns. Nous vous épargnerons donc des clashes et des guéguerres gratuites. Tout de même lisez : « Cameroun : le Game devient dangereux »  ou encore la séparation entre Maalhox et ses collaborateurs .

Ce qui aura retenu négativement notre attention durant cette année aura été l’exportation faites par certains promoteurs qui s’en foutent du devenir de notre culture qui au profit de leurs poches et uniquement de leurs poches sont prêts à vendre la nation. Nous parlons là de ces organisateurs de spectacle spécialisé dans le rapatriement de nos fonds en utilisant les artistes étrangers. Ça été le cas avec Maitre Gims en Avril et Booba en Mai. Soucieux de voir nos artistes grandir et vivre de leur art, nous ne cesserons d’être contre ces événements car en réalité ces grandes stars n’apportent rien de fondamental pour notre culture et les promoteurs derrière ne facilitent même pas l’échange culturel car ce n’est plus un secret que de nombreux artistes viennent et repartent avec les poches bourrées car jusqu’ici le rêve de l’extérieur est facilement vendable ceci au détriment des artistes locaux qui misent chaque jour sur leur art et ni le public, ni les promoteurs ne leurs viennent en aide.

On a également assisté au flop qu’a connu la septième édition du Douala Hip-hop Festival qui pourtant était parti pour être une réussite. Nous avons recueilli l’avis de plusieurs hommes de médias et acteurs de la Culture au Cameroun. D’aucuns nous disent que si le Douala Hip-hop Festival a échoué c’est à cause du manque d’organisation du comité, d’autres disent qu’en tant que média et photographes professionnels, ils ont envoyé une demande d’accréditation comme le comité l’a demandé mais ils n’ont jamais reçu les pass leur permettant de couvrir l’événement et de retransmettre le déroulement du festival à leur audience, raison pour laquelle plusieurs hommes de médias et photographes n’ont pas mis leurs pieds au Parc des Princes de Bali (lieu où s’est tenu le festival), d’autres médias disent n’avoir pas foulé le site du festival parce qu’ils étaient à la conférence de presse et au sorti de cette conférence le comité d’organisation était censé les recontacter pour leur remettre leurs badges d’accès au festival mais ils n’ont jamais été appelé et n’ont jamais reçu de badges. Nous-même particulièrement qui étions censé être partenaire à ce festival n’avons pas eu de pass pourtant nous avons au préalable posté un article sur notre site web, nous avons été à la conférence de presse et n’avons pas reçu de pass et ce jour, Bonas (membre du comité) nous a fait savoir qu’on allait être rappelé afin que nos pass nous soient remis mais en vain, il était également question que le comité du DHF nous remette des pass à faire gagner à nos abonné(e)s, chose aussi qui n’a pas été faite. C’est là, quelques raisons qui selon nous a fait échoué ce festival, nous faisons fi du public qui dit n’avoir pas été au courant qu’un tel événement allait se tenir parce que les organisateurs ont décidé de ne pas communiquer sur les médias de masse de Douala (Radio & Télé) car ils avaient déjà tout miser sur internet et quelques affiches dans la ville de Douala. Espérons vivement que la prochaine édition du Douala Hip-hop Festival connaîtra un franc succès car les organisateurs auront pris conscience de leurs fautes passées.

Les Projets sortis

Tout comme dans le monde entier, l’industrie du Disque au Cameroun souffre de l’absence d’albums et même des E.P. Pour cette année, on note à peine 10 projets sortis officiellement. Ceux qui ont retenu notre attention sont les projets sortis en février : le troisième album de Jovi intitulé « 16 Wives », le 03 mars : l’E.P de Maalhox intitulé « ça sort comme ça sort », le troisième album de  DYNASTIE LE TIGRE baptisé « Homogène » dont la présentation a été faite le 11 Août au Castel hall de Douala. La livraison de l’E.P de JDR  intitulé « à mi-chemin », IVEE avec son E.P « Mr Tsimi », Switt avec « Pieces Of Me » produit par Stunnas Music, l’Album « Love Original » de Mr Leo sorti le 17 novembre et tout récemment l’EP de Tzy Panchak titré « I’m not lucky ».

Les révélations

Le 08 septembre, nous vous avons présenté 10 talents que vous devriez connaitre et parmi eux quelques-uns se sont réellement démarqués, ça été le cas avec le Designer Ignacio Clothing qui fut designer du mois de décembre à l’Institut Français de Yaoundé, d’ailleurs un vernissage lui a été offert dans cet institut le 20 décembre. Dans cette liste on a The Value auteur de la reprise française de « If » de Davido, version assez jouée dans nos carrefours et coins chauds du pays, son élan de buzz s’est vu stoppé avec la sortie du vidéogramme du titre « Jolie », doté d’une qualité pas acceptable pour le niveau actuel du bizz. On avait aussi dans cette liste Tzy Panchak et Switt qui sont de plus en plus sollicité sur des scènes et adulés par le public.

On peut tout de même dire que pour cette année on n’a pas eu de gros buzz amené par un nouveau, mais quand même on  note l’activité de Sama Ndango avec son titre « un genre un genre » joué en boîte et dans de nombreux carrefours. On peut aussi citer le buzz web de SOJIP avec son titre « Lettre à mon ex » qui enregistre plus de 35 000 vues sur Youtube.

Les Tops

Ici les tops sont les artistes ayant fait les bons moments de notre culture au cours de l’année. Avec à leur actif plus d’une centaine de scènes, tant sur le territoire national qu’international. C’est le cas avec Tenor, Mink’s, Mr Leo, Locko, Daphné, Magasco, Salatiel, Maahlox. A côté on a aussi Blanche Bailly, Tzy Panchak, Elje Contador, Bad Nova, Sama Ndango, Ambe et Blaise B.

Les Flops

Comme dans toute chose, tout ne peux pas toujours marcher comme sur des roulettes, même pour nos artistes les plus adulés, C’est le cas de :

TENOR ft MINK’S – On T’a Lu : ceux-là même qui ont le vent en poupe, mais hélas leur collaboration n’a pas produit l’effet qu’on devrait attendre des sons des artistes de leur calibre.

Franko – Reviens ft. Andy Jemea : Bien qu’ayant tous deux de nombreux fans, cette chanson est passée comme étant une journée fériée un dimanche.

Duc Z et sa collaboration avec Mink’s et Askia intitulée « C’ facil », qui a offert au King du R’n’B Camerounais uniquement une semaine d’activité sur internet.

Au finish le bilan de cette année écoulée est positif et nous sommes convaincu qu’il le sera encore plus cette année. Comme de coutume si vous trouvez que nous avons omis quelque chose, mentionnez-le en commentaire et tout le monde en profitera. pour avoir une connaissance plus large de ce qui s’est passé cette année je vous invite à lire « 1er trimestre de l’an 2017 : le compte rendu », aussi 2e trimestre de l’an 2017 : le compte rendu, et enfin 3e trimestre de l’an 2017 : le compte rendu. Prenons rendez-vous à la fin du 1er trimestre 2018 pour un autre compte rendu, d’ici là, restez connecté(e) au meilleur site de promotion et de valorisation de la Culture Urbaine du Cameroun.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.