Faisant parti désormais de notre coutume il est important de fournir un compte rendu de l’activité des artistes et des acteurs du moment de la culture urbaine camerounaise. Non pas seulement pour faire des rappels mémoire mais aussi pour ressortir des éléments pouvant contribuer à l’essor de ce secteur qui est en plein effervescence. www.kamerurbain.com se positionne ainsi comme étant le reflet de la culture urbaine du Cameroun, et vous présenter quelques aspects ayant marqués le monde de la culture urbaine ce deuxième trimestre de l’année est notre devoir.

Les entreprises s’y mettent

Les entreprises et les investisseurs, croient de plus en plus aux artistes de la musique urbaine, c’est le cas pour Guinness Cameroun qui a initié un contrat avec Mr Leo pour son produit Orijin. Orange Pulse qui a utilisé les artistes de musique urbaine pour le lancement de son l’application mais aussi certains bloggers et acteurs de Culture Urbaine.

Les concerts

On continu a noter encore un faible nombre de concerts, notamment les hautes scènes. On note tout de même le lancement des préservatif « KISS » et aussi les concerts des stars étrangères notamment Booba et Maitre Gim’s. La période de grande activité a été évidemment celle de la célébration de Remember BOB marley le 11 mai dernier.  Tout de même, on a des petites scènes pour faire vivre le mouvement, c’est le cas à Doaula de Empire Night et de la nuit du rap, et à Yaoundé des shows de Eboo et ceux du Synamur.

Les Projets sortis

Il n’y a pas grande chose à attendre en ce qui concerne les Albums, les maxi ou encore E.P, si ce n’est l’E.P de IVEE intitulé « Mr Tsimi » et celui de Switt « Pieces Of Me » produit par Stunnas Music. Il y’a une grande multitude de singles même si très peu retiennent l’attention du public.

L’exportation

De plus en plus nos artistes gagnent du terrain et de nouveaux artistes ont quitté le pays pour des spectacles à l’extérieur, c’est le cas de Tenor et Mink’s qui sont à la conquête des pays d’Afrique Francophone. Mlynn et Nowell sont allé en côte d’ivoire.

L’importation

De nombreux artistes viennent et repartent avec les poches bourrées car jusqu’ici le rêve de l’extérieur est facilement vendable. Ceci au détriment des artistes locaux qui misent chaque jour sur leur art et ni le public, ni les promoteurs ne leurs viennent en aide. La grande actualité a été les concerts de Maitre Gim’s en avril et celui de Booba en mai, qui malgré la pluie, le public a répondu présent chose que nous aimerons voir pour nos artistes. Surtout que logiquement ces concert n’apportent rien de fondamental pour notre culture et les promoteurs derrières ne facilitent même pas l’échange culturel.

Le Game n’est pas jeu

Comme Jadana l’Assermenté a si bien pour habitude de le dire : « le Game n’est pas un jeu ». Samedi 13 mai 2017 à 10h50 minutes précisément, alors que Pit Baccardi et toute son équipe sont en train de préparer le concert de Booba au Stade Amadou Ahidjo à Yaoundé, que Jovi surgit de nul part, on ne sait trop quelle mouche l’a piqué, encore moins quelles ont été ses motivations pour qu’il commence tout d’abord par clasher Pit Baccardi sur un de ses tweets. Pour plus de détails sur cette histoire, cliquez ici !!

Les Flops

Ce second semestre dans, la musique urbaine Camerounaise on a eu des flops. Dans cette catégorie on peut citer :

–         « Love Song » de Stanley Enow qui en un mois de sa sortie fait à peine plus de 50 000 vues sur YouTube

–      Tenor feat Ocho – Motoman, un son que presque personne n’a écouté dans nos chaumières

–            Mink’s – je ne suis pas saoul (Audio) : tout le monde connait seulement le titre : « Le Gars là est laid »

Plus besoin de vous le rappeler que si vous trouvez que nous avons omis quelque chose, mentionnez-le en commentaire et tout le monde en profitera. Lisez aussi le compte rendu du premier trimestre de l’an 2017. Prenons rendez-vous à la fin du 3e trimestre pour un autre compte rendu, d’ici là, restez connecté(e) au meilleur site de promotion de la Culture Urbaine du Cameroun.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *