Lorsqu’un passionné de communication comme moi marche dans la rue, il a généralement soit il a la tête baissée, soit il a la tête dans les airs histoire de voir tout ce qui est sur les panneaux publicitaires de la ville. Il est clair que quand le visuel est beau ça capte l’attention mais quand c’est laid, comme dirai Kiff no beat   »ca gâte cœur ».

Ce papier m’est inspiré des affiches de SERGEO POLO présentes depuis le mois de septembre dans certains endroits de la ville de Douala marquant ainsi la sortie de son album intitulé « Fleur Et Venus ». J’ai eu un grand mal en voyant tout d’abord cela sur internet puis dans la ville. Je me suis dit  »mekde comment est-ce possible ? Après avoir investi le million dans le son et la production de cet album, payer un bon infographe les a dépassé ? »

Ce problème d’image est d’ailleurs l’un des premiers problèmes qui empêche la réussite de nos stars depuis des années, ne dit-on pas que :  »vend toi moins cher on te buy moins cher ? » Autant qu’il soit important pour une entreprise d’avoir une image de marque, c’est aussi le cas pour un artiste.

 

L’image de marque !!!

Plusieurs artistes négligent de se munir d’une bonne image de marque, laissant ainsi derrière eux une image inadéquate pouvant nuire à la perception du public, ce qui, ultimement, pourrait se traduire par des pertes potentielles de ventes, et même de signature de contrat. C’est pourquoi posséder une bonne image de marque est essentiel. En effet, une stratégie de positionnement efficace et bien diffusée les aidera à attirer l’attention des fans et à se connecter avec eux. L’image de marque est donc cet élément qui incitera le public et les mélomanes à vous choisir.

Dites donc à Sergeo Polo de revoir son image, surtout qu’il épargne nos yeux avec son château du XV ème siècle, surtout passez le message à ces artistes-là qui veulent concurrencer le monde, que l’image parle à notre place, un clip doit tout dire à un sourd muet, une affiche doit passer le message à un illettré.

Des cas typiques de la force de l’image de marque

Pourquoi selon vous PETIT PAYS est toujours resté en dessous de KOFFI OLOMIDE sur le plan international ? C’est simple : Rabba rabby a toujours opté pour des pochettes a deux balles, les clips alors n’en parlons plus, on dirait des reportages de deuil, l’un investit 5 millions pour ses vidéos et l’autre 200 milles.

L’une des raisons pour lesquelles au Cameroun le hip hop prend le pas sur le Makossa et le reste des rythmes propres au pays, est bien sûr la qualité des produits visuels, les makossistes sont entré dans la danse des beaux clips et belles affiches beaucoup d’année après ; conséquence les nominations, les awards et même les prix internationaux sont dédiés aux artistes d’expression urbaine.

La musique nigérianne ou si vous voulez anglo-saxonne prend le pas sur le reste de l’Afrique pourquoi ? Bien qu’ils aient un grand coté original dans leur créations, le niveau se ressent aussi dans leur création graphique, les clips de ces zones-là n’ont que pour seul concurrent les USA et l’Asie.

En définitif pour ceux qui se pose encore la question de savoir pourquoi Numerica a l’une des meilleurs fans base aujourd’hui bien que son talent soit boudée par la majorité sachez que c’est à cause de la qualité HD de ses visuel. Aussi si Stanley Enow aujourd’hui est toujours d’actualité, signe des contrats devant Franko qui a eu un plus de succès que ce soit localement ou à l’international c’est bien évidement parce que le Banyangui Boy a compris que son image est sa force.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *