De temps en temps, il est important de reconnaître le travail bien fait. A défaut de décerner un prix Nobel ou une médaille pour la circonstance, on peut le clamer haut et fort question de booster davantage le concerné à travailler comme un dingue et maintenir le cap. Les filles vous serez également à l’honneur au tome 2 alors souffrez que l’on commence avec la gente masculine.

Loin des obscénités auxquelles nous avons habituellement droit, voici cinq gros calibres qui de par leur acharnement et valeurs ont attiré notre plume.

LOCKO

Une valeur sûre et indiscutable. Pour l’avoir découvert sur le cover de Bla Bla de l’artiste J-jack, j’ai tout juste compris qu’il était un bon cheval de course. Résultat, il a briss. Faisant de la romance son champ de prédilection, le gars ne te sortira jamais de grossièreté pour plaire ou encore pour attirer les mélomanes. Méticuleux sur sa plume, il sait qu’il n’a pas besoin de chanter le sexe pour se faire entendre. Pour ma part, c’est l’une des valeurs masculines de la musique urbaine camerounaise à l’heure actuelle. Jouant toujours son rôle de sentinelle, il touche tous les faits sociaux qu’il résume sur une belle mélodie. En lui, tout démontre et laisse croire que si tu n’écoutes pas la musique tu es vide de sens. Avec une voix assez porteuse, il n’a pas besoin de retouche pour l’embellir. La preuve, l’entendre en live procure encore plus d’orgasme auditif que tout. Je passerai forcement en revue toute sa discographie ici mais je vous conseille vivement son titre Thank you lord.

MR LEO  

                                                                       

Je cherche encore le bémol sur ce gars. Si j’exclus quelques-uns de ses vidéogrammes qui ne cadrent pas forcement avec le lyric je ne trouve pas grand-chose à dire. D’expression anglaise, il faut l’écouter chanter en français pour se rendre compte de la portée de sa voix. Belle et sensuelle elle est. Un grain de voix assez particulier qui fait de lui une marque déposée. Je reste convaincu que son parcours de vie n’était pas rose ce qui se répercute positivement sur ses productions musicales. A chaque fois que je lui accorde le temps d’une mélodie, j’ai l’impression de voir mon quotidien peint sur un agencement ordonné des instruments de musique en fond sonore. Réaliste je dirai, il n’hésite pas de sensibiliser lorsque la possibilité se présente. Et ses récentes sorties le démontrent amplement. La preuve, il a divorcé avec la pauvreté récemment.

SALATIEL

S’il faisait du gospel, je l’aurai instantanément associé à Maggui Blancha pour la simple et unique raison qu’il est à même de toucher vocalement toutes les notes de musique. Fort de ce talent remarquable et apprécié de tous, il a été sollicité comme jury à la dernière édition de Mutzig Star. Pétri de talent, le mec sait où toucher pour émoustiller ses consommateurs. L’un des rares artistes qui selon moi a pensé à un plan de carrière. Il ne fait pas des sorties hasardeuses, tout est synchronisé comme ses chansons. J’aime bien son orientation musicale qui est à la fois festive, émotive et gratifiante. Pour avoir écouté la femme de ma galère j’ai compris que c’est un homme au grand cœur qui ne manque pas l’occasion de reconnaître la place de l’autre dans sa vie. Faites y tour.

DYNASTIE LE TIGRE

Le seul jeune culturaliste sur qui je miserai un fort héritage. Assez particulier depuis ses passages dans les compétitions de musique, il a su me captiver par sa technique vocale, sa maitrise des instruments de musique. Je le trouve très expressif lorsqu’il se produit en live. C’est dans de pareilles occasions qu’il se laisse amplement découvrir. Très peu d’artistes aujourd’hui savent et peuvent se produire en contre temps. Mais pour ce dernier cet exercice pénible n’est qu’un jeu d’enfant. En tout cas seuls les instrumentistes comprendront avec aisance ce que je décris ici. Jeune, fort et plein d’énergie, il ne manque jamais pour le plaisir de ses fans et des amoureux de la bonne musique d’aller chercher la dernière note musicale pour redonner une autre saveur à sa musique et à sa voix suave. Que du bonheur à l’écouter selon moi bien sûr. Tout comme les autres, il sensibilise et interpelle au retour aux sources. Joue moi le mendjang pour ma part est l’illustration parfaite de sa vision et orientation musicale.

J-JACK

Il faut le dire, je suis satisfait du travail que l’on abat au quotidien. Les artistes humbles ne se limitent pas juste à la critique énoncé mais vont plus loin en saisissant le sens caché, le message que nous voulons véhiculer. Conséquence de cause, leur carrière commence à prendre une autre tournure. Je me rappelle bien de cet article qui taxait J-Jack de très peu opportuniste et laxiste sur sa carrière musicale, est-ce encore le cas aujourd’hui ? À vous d’en juger. Très belle voix, personne ne me dira le contraire. La quasi-totalité des camerounais avait attribué la paternité du titre Bla Bla à un étranger or, son possesseur est Camerounais. Ça démontre encore à quel point, vocalement parlant, il est prêt, sûr de lui et sait ce qu’il veut. Ses lyrics ne le trahiront pas ici étant donné que sa cible est bisexuée. Tout le monde se retrouve, un couple peut bien se réconcilier rien qu’à l’écoute de ses textes tellement ils sont accrocheurs et parlant.

Voilà en quelques mots la première partie de cette reconnaissance artistique. Tout travail mérite sa reconnaissance tout comme tout effort mérite d’être gratifié. Alors on verra bien ce qu’il en est de nos filles d’ici peu. En attendant, arrêtons l’ingratitude et savourons au maximum. Ça redonne du sourire aux artistes.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.