Après un peu de recul et une meilleure écoute sur la récente livraison de Salatiel intitulée Anita, il nous semble assez judicieux à présent de sortir du silence compte tenu de ce que dégage cette chanson. Entre réalité quotidienne et récit de vie, Salatiel comme d’habitude a su trouver les mots justes, la vibe qu’il faut pour véhiculer ce énième message.

 

Anita : le vécu de la quasi-totalité des jeunes filles aujourd’hui

L’histoire que Salatiel véhicule dans cette autre sortie, n’est pas loin de ce que vit la quasi-totalité des jeunes aujourd’hui. « Longs yeux » comme on le dit familièrement, jalousie, envie de paraître sont très souvent ce qui les caractérise. Il est difficile de nos jours de trouver des jeunes filles qui acceptent écouter les conseils et les mettre en pratique sans jamais chercher à voir les conséquences. La mode, la tendance, le mauvais usage du modernisme pousse ces dernières à adopter des comportements qui sont aux antipodes de leur éducation. Un changement radical qui se répercute parfois au plus petit niveau de leur vie. Le gars de galère ne représente plus qu’une occasion de chute, un frein à la supposée gloire que nous offre le monde

Aimant se faire flatter par ce qui brille, elles finissent par se livrer à prix de rien au point de regretter leurs actions. Grossesse, maladies infectieuses sont souvent les résultats de telles actions au pire des cas, c’est la mort.

Une fois de plus, Salatiel vient sonner la sonnette d’alarme tout en sensibilisant tout le monde à être responsable de ses actions, fidèle et intègre. Une réflexion approfondie avant d’agir n’est pas exclue bien au contraire est conseillée.  Caricaturant la réalité quotidienne à Anita, il espère bien pouvoir toucher un grand nombre de personnes par ce canal au point de changer radicalement les mentalités. Le culte du mérite et la patience doivent être la devise parce que comme il le dit lui-même,  le dehors est mauvais et tout ce qui brille n’est pas de l’or ici dehors ».

Dans tous les cas, continuons aussi la sensibilisation en espérant que les « longs yeux » deviennent de moins en moins visibles.

KAMER URBAIN | le Reflet de la Culture Urbaine du Cameroun

Commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.